• Allende mon grand-père

     Beau commentaire. Ennuyeux au commencement.

    scénario: 14/20        technique: 16/20          note finale: 16/20

    Allende mon grand-père

    Marcia souhaite rompre le silence entretenu autour du passé tragique de sa famille. 35 ans après le coup d'État qui a renversé son grand-père, Salvador Allende, premier président socialiste élu démocratiquement, elle estime qu'il est temps de retrouver les souvenirs familiaux, les images de leur vie quotidienne qui leur a été arrachée. Un passé intime qui lui est inconnu, enterré sous la transcendance politique d’Allende, l’exil et la douleur familiale. Après plusieurs décennies de non-dit, Marcia essaie de dresser un portrait honnête, sans grandiloquence, prenant en compte la complexité de pertes irréparables et le rôle de mémoire sur trois générations d'une famille blessée.

    C’est l’histoire d’une famille. On pourrait presque ajouter : « c’est l’histoire banale d’une famille qui ne l’est pas ». Une famille qui ressemble à tant d’autres : la famille Allende. Il y a dans toutes les familles des secrets bien enfouis sur lesquels le temps a posé inlassablement des strates de non dits. Il y a dans toutes les familles des figures charismatiques qui s’imposent plus que d’autres, laissant bien après leur disparition des traces indélébiles dans l'esprit des vivants. Il y a dans toutes les familles d’indicibles chagrins qui se transmettent en héritage.
    Le nœud tragique et terrible de la famille Allende s’enracine ce 11 Septembre 1973 de triste mémoire : Salvador Allende, premier président socialiste élu démocratiquement au Chili, est renversé par un coup d’état militaire. Il se suicide quelques heures après dans le palais de la Moneda, laissant le pays entrer dans les pages les plus noires et les plus terrifiantes de son histoire et une famille contrainte à l’exil. Le parcours politique de Salvador Allende a été raconté dans bien des films, notamment ceux de Patricio Guzman (La Bataille du Chili, Salvador Allende, Le Cas Pinochet) et pour beaucoup, celui que l’on appelait « Presidente Allende » reste associé à cette image célèbre : un homme derrière un pupitre, exalté, pris dans la sincérité de son engagement, le doigt levé face à la foule.

    Mais l’histoire que nous raconte Marcia n’est pas celle du Chili, ni celle du président Allende, c’est l’histoire de l’homme Allende, c’est celle de « Chicho », son grand-père. Près de quarante ans après le coup d’état militaire et après des années d’un silence familial pesant, Marcia estime qu’il est temps d’ouvrir l’album de famille. Faire parler les vivants tant qu’ils le sont, repêcher à la surface du temps présent les souvenirs douloureux autant que la beauté fugace des instants de bonheur pour tenter non pas de réécrire l’histoire, mais simplement de redonner une place à l’intime, enterré sous la transcendance politique d’Allende. Le projet est ambitieux, douloureux, difficile car si les enfants et petits enfants de Salvador Allende ne vivent plus en exil et peuvent librement se réunir autour de Hortensia Bussi, son épouse, magnifique et digne très vieille dame, les mots ont bien du mal à sortir.
    Mais avec délicatesse et respect pour les pudeurs et les souffrances de chacun, à force de persévérance et grâces aux milliers de photos qui ont gravé à tout jamais la vie privée de cet homme complexe et aimant, la parole va se partager. Les fantômes du passé vont enfin pouvoir s’inviter aux souvenirs et aux chagrins des vivants, allégeant le lourd fardeau d’une blessure familiale qui a tant de mal à se refermer.

    Sans pathos excessif, sans grandiloquence admirative, Allende mon grand-père bouleverse par la sincérité tendre de ses attentions qui, dépassant le champ du politique, redonnent au mythe Allende une dimension fragile, imparfaite et ô combien humaine.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :