• Ce film est une merveille! Extrêmement bien réalisé, plein d'humour et de tendresse, il est très amusant. Les acteurs sont excellents!

    scénario: 19/20       acteurs: 19/20    technique: 19/20   note finale: 19/20

    La vache

    Fatah, petit paysan Algérien n’a d’yeux que pour sa vache Jacqueline, qu'il rêve d'emmener à Paris, au salon de l'Agriculture. Lorsqu'il reçoit la précieuse invitation devant tout son village ébahi, lui qui n’a jamais quitté sa campagne, prend le bateau direction Marseille pour traverser toute la France à pied, direction Porte de Versailles.L’occasion pour Fatah et Jacqueline d’aller de rencontres en surprises et de vivre une aventure humaine faite de grands moments d’entraide et de fous rires. Un voyage inattendu et plein de tendresse dans la France d’aujourd’hui.

    Il était une fois… Cette délicate de vache, aussi tendre qu'un steak taillé dans le filet, est un véritable conte de fées. Un de ces films d'antan où se feuilletait au générique et en technicolor un gros livre chargé de dorures. Sauf que nos sociétés, aujourd'hui, n'aiment plus trop les contes. Trop dangereux, les contes, car on pourrait y croire. Trop subversives, ces histoires qui, invariablement, se terminent bien alors qu'il entre de nos jours dans la stratégie de nos élites de ne jamais nous faire rêver à des lendemains heureux.
    Pensez donc ! Imaginez un monde où tous se réconcilieraient autour d'une vache en route, sur les chemins buissonniers de France, vers un Salon de l'agriculture où chacun serait payé au juste prix de son travail. Impensable… Les contes, en effet, dérangent et troublent l'ordre productiviste établi en laissant croire au pauvre peuple qu'il est toujours possible de changer la vie pour le meilleur, alors qu'on devrait bien savoir qu'elle est en route vers le pire à travers la stricte observance de l'évangile néolibéral qui n'arrête pas, lui, de nous beugler aux oreilles, via les prix Nobel d'économie, qu'il faut être réaliste et se contenter de peu, alors qu'il y aurait avantage à se contenter de beaucoup en ignorant les sornettes qui s'obstinent à nous marteler qu'il faut se préparer maintenant à changer trois ou quatre fois de boulot au cours de sa vie, pour en trouver… du boulot, sans réfléchir un seul instant à ce que seraient ces boulots…

    Pour Fatah en tout cas, modeste paysan d'une vallée perdue du Magreb, pas question de céder aux oukases des prix Nobel d'économie. Paysan il est, paysan il restera toute sa vie, tout comme Jamel Debbouze d'ailleurs, producteur et acteur du film, dont on peut parier qu'il le gardera à vie, lui aussi, son boulot sympa d'amuseur public. Pour l'heure, notre ami Fatah s'occupe avec tendresse de sa vache, une belle tarentaise à la robe brun fauve nommée Jacqueline, qu'il inscrit chaque année avec persévérance au Salon de l'agriculture à Paris. Une constance qui finit par porter ses fruits : une lettre officielle lui annonce qu'il est invité avec Jacqueline. Néanmoins, restrictions budgétaires obligent, le voyage n'est pas pris en charge. Qu'à cela ne tienne, Fatah qui ne doute de rien prend le bateau direction Marseille, puis entame le chemin Marseille/Paris à pied. Le voyage, on s'en doute, sera haut en couleurs, à l'image de ce premier contact avec les gendarmes qui, héberlués, acceptent de se faire photographier, sans sourciller, aux côtés de Jacqueline.
    Avec un bel appétit de découvertes, Fatah parcourt une France dont il a une haute idée et qui, surprise, le lui rend bien. Son sourire engageant et son compagnonnage animal font merveille et attirent une sympathie mâtinée de curiosité de ceux qu'ils croisent, à l'image de cette troupe de théâtre fraternelle qui lui fait découvrir le « flirt » et la poire, ou de ce chatelain perclus de problèmes qu'il parvient à sortir d'un égocentrisme déprimant en l'entraînant dans la folle ronde de l'entr'aide.

    Mais plus que tout, il émane de La Vache un peu de ce qui fait le succès inattendu et incroyable de Demain : cette impression que, malgré la période assez misérable que nous traversons, nous ne sommes pas définitivement abonnés au malheur. En effet, sur un ton bon enfant et sans mièvrerie, le film délivre un message sain mais généreux : de quelque côté de la Méditerranée que l'on vienne, il est possible de se retrouver sur les mêmes valeurs…


    4 commentaires
  • Génial!! On rit du début à la fin! Le scénario est super! les acteurs sont géniaux, c'est bien filmé et Marilou Berry et Sarah Succo sont très sympas; 

    scénario: 18/20      acteurs: 18/20   technique: 18/20  note finale: 18/20

    Joséphine s'arrondit

    Depuis deux ans, Gilles (homme-parfait-non-fumeur-bon-cuisinier-qui aime-les-chats) et Joséphine (fille-attachiante-bordélique-mais-sympathique) s’aiment. Tout est parfait. Jusqu'à une nouvelle inattendue : ils seront bientôt trois. Ne pas devenir comme sa mère, garder son mec et devenir une adulte responsable, tout un tas d'épreuves que Joséphine va devoir affronter, avec Gilles... à leur manière.


    2 commentaires
  • J'ai ri d'un bout à l'autre! C'est amusant, absurde, jubilatoire. Les acteurs sont fantastiques. le scénario est à la hauteur. C'est bien filmé.

    scénario: 19/20      acteurs: 19/20     technique: 18/20   note finale: 18/20

    Les Tuche 2 - Le rêve américain

    À l’occasion de l’anniversaire de « coin-coin », le benjamin de la fratrie, la famille Tuche part le retrouver aux États-Unis : les choses ne vont pas se passer comme prévu, mais alors pas du tout.


    votre commentaire
  • Un petit bijou. Le scénario est une merveille et les acteurs sont formidables. Dommage que techniquement ce soit plus qu'approximatif. Naomi Kawase a essayé dans chacun de ses films de nous parler de réconciliations, de rencontres, de résiliance. Dans ce film particulièrement tendre et émouvant, elle parvient à tresser le destin de trois personnages marginaux, de générations différentes qui vont se retrouver autour d'un projet commun. Pas de success story à l'américaine, mais une belle réflexion sur ce qui peut unir les êtres et sur le sens de la meilleure réussite qui soit, celle qui nous enrichit intérieurement.

    scénario: 18/20         acteurs: 18/20   technique: 12/20      note finale: 18/20

    Les délices de Tokyo

    Les dorayakis sont des pâtisseries traditionnelles japonaises qui se composent de deux pancakes fourrés de pâte de haricots rouges confits, « AN ».
    Tokue, une femme de 70 ans, va tenter de convaincre Sentaro, le vendeur de dorayakis, de l’embaucher.
    Tokue a le secret d’une pâte exquise et la petite échoppe devient un endroit incontournable...

    Tokyo… Un quartier, excentré, banal et terne, s'il n'y avait… les cerisiers en fleurs ! Les voilà qui rivalisent d'exubérance, déployant de subtiles dentelles de pétales, saupoudrant d'un rose fragile le monde grisonnant des hommes. Ils donneraient presque des airs de village ancestral aux bâtisses bétonnées et sans charme. Mais le printemps peine à pénétrer dans certaines boutiques. Celle que tient Sentaro reste résolument insipide, à l'image de son gérant et de la pâte « an » des « dorayakis » qu'il cuisine… Vous ne connaissez pas les dorayakis ? Qu'importe, vous aurez tout le film pour les découvrir, vous pourlécher les babines et entendre votre ventre gargouiller… Mais ne croyez pas que vous avez affaire à un film culinaire : nous sommes dans l'univers de Naomi Kawase, avec sa douceur, sa subtilité habituelles, sa gourmandise de la vie. Ces dorayakis se révèlent être plus que de savoureuses pâtisseries, ils recèlent l'essence des choses, la saveur de l'enfance, l'attention aux autres, aux moindres petites choses. Ils sont une invitation à s'ancrer dans le présent, à aimer tout ce qui nous entoure, à jouir de la vie. Une ode au Carpe Diem…
    Mais revenons à Sentaro. Pour lui, les jours se suivent… Le réveil sonne l'heure de la clope qu'il fume, solitaire, sur une terrasse, avant de se mettre au boulot sans conviction. Des litres de pâte qu'il transforme en dizaines de petites crêpes pour les gosiers voraces d'une poignée de collégiennes qui les ingurgitent en se moquant de lui, de ses airs bougons. Seule Wakana semble prendre racine, une fois la nuée de ses copines passée. Elle n'a guère d'alternative puisque ses camarades filent vers des cours particuliers qu'elle n'a pas les moyens de s'offrir. Elle n'ose tout bonnement plus espérer accéder à l'université faute de l'argent nécessaire. C'est une drôle de complicité qui se tisse en silence entre le quadragénaire et la collégienne. La tristesse désabusée de ces deux égratignés de la vie n'a pas besoin de mots pour s'exprimer.
    Les jours pourraient dériver ainsi longtemps encore, lorsqu'une drôle de petite vieille, hésitante et bancale, passe sa frimousse dans l'embrasure de la petite échoppe. Le patron cherche un commis pour l'aider ? Elle dit être la femme de la situation ! Sentaro refuse, la voyant trop âgée, trop abimée, trop tordue de la tête aux mains… Poliment il tente de la dissuader en lui parlant du salaire minable… Mais, chose saugrenue, ne voilà-t-il pas que la grand-mère, loin de se décourager, négocie son salaire encore à la baisse ! Sentaro ne sait plus comment s'en dépêtrer… D'autant que tous les jours la dame semble revenir à la charge jusqu'à l'obliger à goûter la délicieuse pâte « an » qu'elle a réalisée : un comble pour celui qui déteste le sucré ! Voilà comment Tokue va finir par imposer sa présence réjouissante dans le quartier, bouleverser la routine de Sentaro, à coup de savoir faire, à coup de savoir être. Elle semble ré-enchanter le monde partout où elle vient piétiner, hésitante et gauche. Étonnante Tokue qui sait écouter aussi bien les murmures des feuilles qui frissonnent que ceux du cœur des hommes ou des haricots rouges qui patientent dans la casserole.

    Ceci n'est qu'un début, un prétexte ou presque, vous le découvrirez lorsque le film va basculer dans un tout autre registre évoquant un pan honteux de l'histoire nipponne… Et on comprendra que l'indéracinable capacité d'émerveillement de Tokue a cru dans la fange d'un terrible passé.


    2 commentaires
  •  Un film très réussi. Le cinéma comme je l'aime: on apprend quelque chose et on passe un bon moment. Les acteurs sont excellents.

    scénario: 16/20     acteurs: 16/20    technique: 16/20    note finale: 16/20

    Chocolat

    Du cirque au théâtre, de l'anonymat à la gloire, l'incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française. Le duo inédit qu'il forme avec Footit, va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, l'argent facile, le jeu et les discriminations n'usent leur amitié et la carrière de Chocolat. Le film retrace l'histoire de cet artiste hors du commun.

    L’histoire a parfois la mémoire qui flanche et sait être douloureusement sélective quand il s’agit de préférer le glamour à de plus tragiques destinées… Par exemple c’est bien le nom de Joséphine Baker qui vient à l’esprit quand on cherche le nom du « premier artiste noir » à avoir fait carrière en France. Joséphine et ses seins nus, son délicieux accent, ses déhanchements ceinturés de bananes. L’histoire a longtemps oublié Rafael Padilla, aussi appelé « le clown Chocolat », qui fut, bien avant Joséphine Baker, le premier Noir à se produire dans les plus grands cabarets parisiens et qui créa un numéro de cirque qui allait lui survivre : celui du clown (blanc) autoritaire et de l’auguste (noir) souffre-douleur. Un duo qu’il forma avec succès pendant près de vingt ans avec Georges Footit, imposant ainsi le modèle inoxydable du couple comique antinomique et complémentaire…
    C'est son histoire à la fois magnifique et terrible que Roschdy Zem, inspiré par les travaux de l'historien Gérard Noiriel, a choisi de nous raconter. La destinée d'un homme né esclave qui accéda au statut de vedette, qui mena la grande vie à Paris avant de finir seul, malade et oublié de tous, inhumé dans la partie du cimetière de Bordeaux réservée aux indigents, carré M, rangée 7, tombe numéro 2…

    Tout commence dans la campagne française, dans un tout petit cirque familial. Un cirque et son dompteur, son géant, son nain, sa femme obèse ou à barbe et son nègre dompté. C’est ici que Rafael commence sa carrière, peau et cris de bête, regard effrayant… Un sauvage, dangereux et sans doute cannibale : c’est ainsi que l’homme noir est représenté et perçu par une foule excitée, curieuse et avide de sensations fortes. Et puis il y a le numéro de clown de Georges, un numéro un peu usé qui s’essouffle et ne fait plus rire grand monde.
    Georges, perfectionniste, passionné, bosseur maladif, sent qu'il doit impérativement se renouveler et c'est alors que lui vient l'idée de génie : détourner Rafael de son rôle de méchant sauvage et l’associer à son numéro de clown. Le grand homme noir maladroit, simple d’esprit, souffre-douleur et toujours servile et le petit bonhomme blanc malin, manipulateur et bien entendu toujours maître de la situation. Un rire discret, puis deux, puis trois, puis cent… l’alchimie fonctionne, la foule a besoin de distraction, de nouveauté et aussi de clichés rassurants : le duo « Footit et Chocolat » est né.

    Chocolat suit le duo sur près de vingt années. La gloire, l'argent mais aussi le difficile travail de la scène, la recherches permanente de trouvailles comiques dans un monde du show business où tout est déjà là : la publicité, la concurrence, le besoin vorace de nouveauté. La première partie du film, riche de numéros de scène parfaitement huilés où la magie du duo fonctionne à plein, est menée tambour battant, avec un sens parfait du rythme et de la comédie. La seconde partie est plus grave, plus complexe, plus politique aussi puisqu’elle marque le réveil de Chocolat à son statut d’homme noir soumis et inférieur, faire-valoir de la puissance blanche colonialiste et dominatrice. C’est le moment où la fusion et l’amitié des deux hommes se fissurent et où Chocolat veut s’affranchir de son maître blanc pour affirmer sa position d’artiste, d’artiste tout court. En cela, le film de Roschy Zem résonne, bien au-delà du pur divertissement, comme un formidable appel à la réflexion sur ces questions fondamentales et encore tabou dans la France d’aujourd’hui.
    Servi par un imparable duo Omar Sy / James Thierrée, soutenus par des seconds rôles écrits et interprétés amoureusement, Chocolat fait rire et fait réfléchir, exalte avec une générosité débordante une fraternité dont nous avons bien besoin.


    votre commentaire
  •  Je ne voulais pas aller voir ce film. Pas mon genre. mais quand j'ai appris que Stallone était nominé pour l'Oscar, je me suis dit que peut-être... sans parler de la polémique concernant l'absence de nomination aux oscars du noir. La nomination de Stallone est justifiée et la non-nomination, aussi. Le rôle est beau mais l'acteur n'en fait pas grand-chose. Le film finit en queue de poisson.

    scénario: 16/20        technique: 16/20     acteurs: 16/20     note finale: 16/20

    Creed - L'Héritage de Rocky Balboa

    Adonis Johnson n'a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d'être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D'abord réticent, l'ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…


    votre commentaire
  •  Enorme déception. C'est magnifiquement filmé et les images sont sublimes. mais le scénario est d'une vacuité intersidérale et quand il n'y a pas de scénario, les acteurs peuvent s'agiter tant qu'ils veulent... ça ne donne rien. Ennuyeux et violent. je ne le mets pas dans super nul parce que c'est très bien filmé.

    scénario: 5/20     technique: 20/20     acteurs: 12/20   note finale: 5/20

    Les huit salopards


    Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit Le Bourreau, fait route vers Red Rock, où il conduit sa prisonnière Daisy Domergue se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix, le nouveau shérif de Red Rock. Surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par quatre personnages énigmatiques : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, l’auberge va abriter une série de tromperies et de trahisons. L’un de ces huit salopards n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier que tout le monde ne sortira pas vivant de l’auberge de Minnie…

    Trois ans après le sensationnel Django unchained, Quentin Tarantino est de retour avec un nouveau western, que nous n'avons pas eu la possibilité de voir au moment où nous bouclons cette gazette… Mais Tarantino fait partie des quelques cinéastes dont on prend le risque de programmer le nouveau film sans l'avoir vu, en confiance, tant il est vrai que le réalisateur de Resevoir dogs, de Jackie Brown, de Kill Bill… s'est toujours montré à la hauteur. Nous savons que quelques uns voire nombre d'entre vous ne seront pas d'accord… et ils ont bien le droit ! Voici donc The Hateful eight, huitième film de Tarantino, devenu en français Les huit salopards, référence à un certain cinéma de genre mal élevé, titre volontiers trivial que ne reniera sûrement pas Quentin le garnement.


    Un bref synopsis pour commencer : quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit « Le bourreau », fait route vers Red Rock, où il conduit Daisy Domergue, « La prisonnière », se faire pendre haut et court. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat, démobilisé ou déserteur, devenu « Le chasseur de primes », et Chris Mannix, « Le shérif » nouvellement nommé de Red Rock. Surpris par le blizzard, les quatre trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par un autre quatuor énigmatique : le Général Sandy Smithers, alias « Le confédéré », Bob « Le Mexicain », Joe Gage « Le cowboy » et Oswaldo Mobray « Le court-sur-pattes ». Chaque personnage a son sobriquet, on se doute bien que ce n'est pas un hasard et que Tarantino va nous entraîner dans une sorte de Cluedo à tiroirs dont on peut espérer qu'il sera jouissif…
    Alors que la tempête s’abat sur les sommets enneigés, l’auberge va abriter une série de coups fourrés et de trahisons. L’un de ces huit salopards – parmi lesquels, remarquons-le, une saloparde, incarnée par l'excellente et trop rare Jennifer Jason Leigh – n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier qu'ils ne seront pas huit à sortir vivants de l’auberge de Minnie…

    Tarantino, qui n'est pas seulement cinéphage mais aussi téléphage, dit que ses principales sources d'inspiration pour The Hateful eight se situent moins du côté du cinéma que de celui des séries western dans années 1960, comme Bonanza, The Virginian et The High Caparral, dont pas mal d'épisodes mettaient en scènes leurs héros isolés avec des personnages inquiétants dans des lieux clos perdus dans la nature : « Le spectateur passe la moitié du temps à se demander quel personnage est bon et quel personnage est mauvais, et ils ont tous un passé trouble qui se révèle progressivement. Je me suis alors dit que je pourrais faire un film basé sur ce genre de personnages. Une bande de hors-la-loi piégés dans une pièce, avec une tempête de neige à l'extérieur, leur donner des flingues et voir ce qu'il se passe ensuite… » On a hâte de voir nous aussi.


    2 commentaires
  • A part la remarquable interprétation de Tom Hardy qui joue remarquablement les deux frères, je ne vois pas l'intérêt d'aller voir ce film. C'est violent et idiot. Le scénariste ne s'est pas foulé. Un film sur la mafia pas terrible.

    scénario: 6/20   acteurs: 17/20   technique: 16/20   note finale: 8/20

    Legend

    Londres, les années 60. Les jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. À la tête d’une mafia impitoyable, leur influence paraît sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s’éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable…


    votre commentaire
  •  Superbe!!! Ce film est esthétiquement une merveille. Il est servi par deux grands acteurs. Eddie Redmayne nous avons séduit avec son époustouflante prestation de Stefan Hopkins! Là encore, il est sublime. Tout en douceur. Tout en nuances, un très joli film.

    scénario: 18/20      technique: 19/20     acteurs: 18/20    note finale: 18/20

    The Danish Girl

    The Danish Girl retrace la remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l'artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.


    votre commentaire
  • Un peu trop bizarre pour moi! J'ai failli partir dés la première 1/2 heure mais je suis resté et ce film est très bizarre. Limite incompréhensible. Pas du tout pour les enfants.

    scénario: 8/20      technique: 10/20     note finale: 8/20

    Le Garçon et la Bête

    Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes... C'est l'histoire d'un garçon solitaire et d'une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d'une aventure qui dépasse l'imaginaire...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires